28/02/2008

KESKUNKOR?


Qu'est ce qu'un cor, finalement?

L'instrument est fondamentalement intrigant: pourquoi les cornistes ont-ils toujours la main fourrée dans le pavillon? Pourquoi font-ils tournicoter leur instrument? Pourquoi le Guiness des Records le considère t'il le plus difficile des instruments? Pourquoi serait-ce un instrument divin? etc, etc. Une violoniste et un altiste mènent l'enquête, voici les résultats:

¤ Comment fait-on une note?
Un des cornistes de l'ensemble me confie qu'il suffit de transmettre l'info aux lèvres et leur demander de vibrer à la fréquence de la note souhaitée. Petit hic, parfois un ré, voire un do# peut sortir à la place d'un mi, même à leur niveau. Ce qui vaut à l'instrument le surnom affectueux de roi des canards (pour comparaison, au violon, au pire des cas votre mi aura un léger arrière-goût de ré# ou de fa, mais les dégâts sont en général limités). Je ne serais pas particulièrement étonnée qu'on trouve des ressemblances entre le fonctionnement du cerveau des yogis et des cornistes. Certains couac typiques au cor sont d'ailleurs représentés dans la Plaisanterie Musicale de Mozart.
¤ Mais les petites palettes ne servent pas à changer la hauteur du son?
Pas directement, si j'ai bien compris. Tout comme un shampoing, le cor bénéficie d'un système 3 en 1, activé par ces bitoniaux. Un peu comme si j'appuyais sur un bouton magique sur mon violon, qui se transformerait alors en alto, ou en violonet.
¤ Comment communique-t'on avec un corniste?
C'est compliqué. Le lascar a donc trois instruments au lieu d'un: un cor en fa, un cor en si b, et un cor en do. Si vous lui demandez de jouer un do, il vous jouera un sol. S'il joue faux, il peut même vous jouer un fa, ou un la, selon son humeur. Si vous insistez, il faudra lui demander de jouer un sol, pour obtenir ce do. Mais le corniste ne saura toujours pas sur quel cor vous souhaitez cette note. S'il choisit de jouer ce sol sur un autre cor, qui sait ce qu'il sortira? Un si? Il faudra donc lui demander un sol en fa, par exemple. Le corniste de base est donc non seulement yogi, mais trilingue d'office2.
¤ Que triturent-ils dans le pavillon?
J'ai longtemps pensé qu'ils avaient une petite éponge dans la main pour écoper la bave condensation dans le pavillon. Faux. Cela permet de changer le timbre de l'instrument, mais aussi la hauteur, un léger mouvement de la main, et bam! un demi-ton en plus ou en moins (au violon, on peut gigoter un peu sans que ceci ait un impact direct sur la justesse)
¤ Mais comment les cornistes se débarrassent-ils donc de la ba condensation accumulée dans l'instrument?
En le faisant tourner, comme Lucky Luke et son revolver. Geste qui n'a pas son équivalent au violon, et c'est regrettable. Ça doit détendre, c'est élégant...
¤ Quelle est la hantise de l'apprenti corniste?
L'appareil dentaire, me dit-on. Le petit corniste qui sort de l'orthodontiste doit se résigner a ne plus pouvoir tirer un son de son instrument pendant de longs mois. (au violon, etc....)
¤ Trouve t'on des cornistes en milieu urbain?
La plupart de ceux avec qui j'ai eu le plaisir de discuter me disent avoir grandi dans une maison, non pas un appartement. Ce qui n'empêche pas les voisins de profiter des gammes des petits cornistes.
¤ Les cornistes ont-ils besoin d'un cor pour jouer du cor?
Paradoxalement, non. Le corniste, muni d'une imagination d'enfant, peut transformer des objets du quotidien en parfaits cors d'harmonie. (merci Djac pr la vidéo)
¤ Pourquoi le cor est-il un instrument divin?
Dieu seul sait ce qu'il en sort.

 

Trouvé sur le net: http://klariscope.blogspot.com/2008/02/lensemble-juste-au...

23:30 Écrit par Claudine dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

C'est amusant, de se relire ici....

Pensez à corriger le paragraphe "comment communique t'on avec un corniste", j'ai indiqué des noms de notes un peu au petit bonheur la chance.. Moi et les instruments transpositeurs, çà fait deux, alors un cor, a fortiori! (et transmettez moi les éventuelles corrections!!)

A bientôt,

Écrit par : klari | 07/03/2008

Les commentaires sont fermés.